Accéder au contenu principal

Contenu principal

Pourquoi le composite ?

Mise en oeuvre

    • Mise en oeuvre 0
    • Mise en oeuvre 1
    • Mise en oeuvre 2
    • Mise en oeuvre 3
    • Mise en oeuvre 4
    • Mise en oeuvre 5
    • Mise en oeuvre 6
défiler vers la gauche
défiler vers la droite

À l’inverse d’une chaudronnerie acier qui reçoit ses matières premières terminées afin de les façonner, notre premier travail est la mise en œuvre de notre matière première. Il faut souligner que dès l’arrivée de nos verres et résines des échantillons sont prélevés afin de contrôler leurs caractéristiques. Une autre différence avec une chaudronnerie acier : notre atelier ne doit admettre que de très faibles variations de température et d’hydrométrie tout au long de l’année.

Ces règles sont essentielles pour la mise en œuvre de notre matière première afin d’obtenir d’excellentes caractéristiques mécaniques qui donneront une durée de vie et une fiabilité de vos appareils, tuyauteries ou gaines. Nos sites de production sont parfaitement équipés ce qui nous permet de régler nos systèmes catalytiques de manière optimale.

Pour le polyester, sa mise en œuvre se fait principalement par le bais de l’enroulement filamentaire, pour la réalisation des viroles de nos appareils. La projection est utilisée pour la réalisation des dômes, des fonds et la réalisation des couvertures de bassin, des gaines rectangulaires ou ayant d’autre formes non cylindriques. Le moulage contact est utilisé pour la fabrication des petites pièces, des équipements répondant au cahier de l’UIC et des assemblages nécessitant une attention très particulière.

Sur les machines pour l’enroulement de la virole, il y aura toujours un opérateur pour les opérations de débullage. Ces opérations de débullage garantissent la qualité de nos anticorrosion ainsi que nos structures mécaniques. La tension régulière des nappes de verre déposées sur le mandrin qui tourne à une vitesse régulière, pour la réalisation de la virole, nous permet de garantir un taux de verre constant en rapport avec nos fiches méthodes.

Pour les appareils en thermoplastique, le liner de l’appareil (résistance à la corrosion) est mis en place sur le mandrin pour y être soudé. Toutes ces soudures sont recouvertes d’une tresse carbone permettant un contrôle au peigne diélectrique.

Les thermoplastiques nous permettent d’élargir considérablement la résistance à l’agression chimique ou abrasive de nos appareils, la résistance mécanique se faisant par frettage. Le frettage étant la mise en œuvre du polyester pour donner les caractéristiques mécaniques à l’appareil.

Cette gamme de produit est sure, performante, et donne toute satisfaction à nos clients qui pour certains, ont ce type d’équipement depuis plus de 20 ans. CITP s’est fait le spécialiste de ce type d’appareils avec des appareils installés chez Arkema, Rhodia, EDF et bien d’autres.

Les équipements obtenus par ce process de fabrication, dont CITP a une parfaite maîtrise, sont conçus depuis les années 1975 dans nos ateliers.

Bien sûr, notre savoir-faire en terme de thermoplastiques massifs et thermoplastiques frettés s’applique à nos tuyauteries et gaines, clairement définis dans nos standards.

Pour chaque projet, une étude de compatibilité est faite pour définir avec précision quels matériaux nous donnent la meilleure garantie à l’agression chimique et à l’abrasion ; les thermoplastiques ou le polyester. Cette démarche est incontournable, elle génère l’obtention de votre garantie, et vous donne la certitude du bon choix. La structure mécanique est obtenue par le calcul, elle définira le type de résine, les épaisseurs, les voiles, le taux de verre et de résine…. Cette démarche est elle aussi incontournable.

Retour en haut de page